Accompagner un enfant qui vit un deuil par suicide

Il y a différentes choses que l’on peut faire pour accompagner un enfant qui vit un deuil par suicide.

Accompagner un enfant qui vit un deuil par suicide

Ce contenu vous a-t-il été utile?

Merci

Aller ou non aux funérailles d’un parent mort par suicide

La décision d’aller ou non aux funérailles d’un parent ou d'un proche mort par suicide devrait revenir à l’enfant. On ne veut ni le forcer à y assister ni le décourager de le faire. En l’informant d’abord des sujets suivants, il pourra prendre sa propre décision.
 

  • À quoi ça sert, des funérailles?
  • Qui y sera?
  • Comment se déroulera la cérémonie?
  • Qui va la célébrer?
 

Advenant que l’enfant accepte d’assister aux funérailles, on peut désigner une personne qui aura la responsabilité de répondre à ses questions pour l’aider à comprendre ce qui se passe.
 

Il est aussi possible de proposer à l’enfant de faire un rituel plus personnalisé pour lui permettre d’honorer à sa manière la mémoire de la personne décédée. L’enfant peut alors être mis à contribution dans l’organisation de ce rituel.
 

Aider l’enfant à vivre les émotions liées au suicide

Il est recommandé d’indiquer aux enfants les émotions que le deuil fait vivre (tristesse, ennui, colère, incompréhension, calme, soulagement, etc.). Cela peut avoir pour effet de normaliser le fait qu’il est possible de vivre toutes sortes d’émotions dans ces moments difficiles et qu’en parler peut être aidant.
 

Il est également important que l’enfant comprenne qu’il n’y a pas de honte à vivre des émotions négatives et positives (par exemple qu’il a le droit d’être fâché contre la personne décédée, de ressentir du soulagement ou de jouer et d’avoir du plaisir même si son parent est triste). Il est cependant important que l’enfant comprenne que, malgré les émotions que vous vivez, vous demeurez disponible pour prendre soin de lui.
 

Comment aider un enfant d’âge préscolaire ou scolaire à réguler ses émotions?

Les enfants d’âge préscolaire ou scolaire peuvent avoir de la difficulté à réguler leurs émotions. Leur répertoire de stratégies d’adaptation, c’est-à-dire les choses qu’ils peuvent faire pour se sentir mieux, est peu varié. L’intensité des émotions qu’ils ressentent peut également être exacerbée par le fait que les fonctions cérébrales qui les régulent ne sont pas aussi développées que chez les adultes. 

 

Il est donc important de les aider à nommer les émotions qu’ils vivent et de leur proposer des stratégies pour se sentir mieux (jouer à un jeu qu’ils trouvent amusant, parler de leurs émotions quand ils se sentent tristes ou en colère, etc.).

 

Comment aider un adolescent à réguler ses émotions?

Généralement, les adolescents utilisent déjà des moyens pour réguler leurs émotions. Cependant, celles-ci peuvent être vécues avec une grande intensité parce que les fonctions cérébrales qui les régulent sont encore en développement. De plus, les adolescents vivent une période où le besoin de définir leur identité occupe beaucoup de place. Il est donc important de prendre le temps de les écouter et de normaliser les émotions que le deuil leur fait vivre. On peut explorer avec eux les stratégies qu’ils pourraient mettre en place pour se sentir mieux avant de leur proposer des solutions.

Parler à l’enfant des beaux souvenirs qu’il conserve de la personne décédée

Vous pouvez aider un enfant à traverser son deuil en l’invitant à se rappeler les bons moments vécus avec la personne décédée.
 

Il est également important d’éviter de lui parler de ce que vous aimiez moins chez la personne décédée, car il se peut qu’il ait besoin de garder seulement les bons souvenirs. Si cela vous aide de parler des souvenirs moins heureux, il est préférable de le faire avec d’autres adultes, lorsque l’enfant n’est pas présent, ou encore avec un professionnel de la santé.

Maintenir la routine et continuer à imposer des limites à l’enfant

Quand l’enfant va moins bien, il peut être tentant de lui accorder plus de privilèges (ex. : plus de temps d’écran, plus de gâteries). Faire cela peut l’aider à se sentir mieux à court terme. Cependant, à plus long terme, les changements dans les comportements et les attentes de l’adulte peuvent l’amener à se sentir moins en sécurité. Au lieu de lui accorder plus de privilèges, on peut lui offrir des choix qui lui donneront l’impression d’exercer plus de contrôle sur sa vie (ex. : choisir la couleur de ses vêtements, le jeu que l’on va faire avec lui, le film que l’on va regarder ensemble).

Consulter un professionnel de la santé pour son enfant

Un enfant qui vit un deuil par suicide peut avoir besoin de soutien psychologique professionnel. Notre page Quand consulter un professionnel de la santé pour un enfant endeuillé par suicide peut vous aider à reconnaître les signes indiquant qu’il est nécessaire que l'enfant obtienne de l’aide professionnelle.

Vous vivez un deuil vous aussi?

Si vous aussi devez composer avec la perte d’un proche, vous pouvez trouver sur notre site des conseils et des informations pratiques sur le deuil par suicide qui pourront vous aider à vivre ces moments difficiles.